>> ACTUALITÉS ET ÉVÉNEMENTS
 
 
 
actu : presse

“Graffeuses” repéré par “Axelle” et
“Graffiti Art”

commentaire 0 commentaire | Mis en ligne le 05/06/18 | #
 

Intéressante enquête dans Axelle (numéro de juin) titrée Femmes et graffiti, une histoire en demi-teinte. Camille Wernaers a rencontré de nombreuses streeet artistes féminines de son pays, notamment Albine, de Charleroi : « J'ai déjà été embêtée pendant que je graffais. Beaucoup de femmes préfèrent commencer en groupe, explique-t-elle. Il s'agit en plus d'une culture underground tres codifiée dont il est difficile de connaître les règles en tant que femme. Les hommes se passent les instructions entre potes et les femmes sont laissées de côté. ». Autre témoignage, celui de notre auteure Stéphanie Lemoine (repris du documentaire d'Arte Ceci n'est pas un graffiti : « Le street art est aussi macho que n'importe quel mouvement artistique contemporain, c'est-a-dire que ce qu'il se passe dans la rue n'est pas différent de ce qu'il se passe dans un musée ou une exposition. ». C'est l'occasion pour le mensuel belge de faire la présentation de Graffeuses :

                                            Graffeuses dans Axelle

Autre analyse du même titre, un peu dans le même registre, celle parue dans le trimestriel (n° 39 de l'été 2018) Graffiti Art : « L’une des idées reçues les plus ancrées dans le milieu de l’art urbain est que le graffiti est une pratique masculine, notamment quand il s’agit de peindre des trains ou des murs illégalement. Fatiguées d’entendre des graffeurs leur dire “pas mal pour une fille”, Élise Clerc et Audrey Derquenne ont réuni dans ce livre les portraits d’une quarantaine de graffeuses françaises. Elles y parlent de graffiti, mais aussi de leurs expériences personnelles et de leur lutte contre certains clichés. Souvent, les portraits des mères fondatrices du graffiti, de l’Américaine Lady Pink à la Néerlandaise Mick La Rock, les présentent à tort comme des cas isolés. Une raison de plus pour aimer ce portrait de groupe au féminin des jeunes générations du graffiti français. »


 
 
 
 
archives :
> 2018 : août - juil. - juin - mai - avril - mars - fév. - janv.
> 2017 : déc. - nov. - oct. - sept. - août - juil. - juin - mai - avril - mars - fév. - janv.
> 2016 : déc. - nov. - oct. - sept. - août - juil. - juin - mai - avril - mars - fév. - janv.
> 2015 : déc. - nov. - oct. - sept. - août - juil. - juin - mai - avril - mars - fév. - janv.
> 2014 : déc. - nov. - oct. - sept. - août - juil. - juin - mai - avril - mars - fév. - janv.
> 2013 : déc. - nov. - oct. - sept. - août - juil. - juin - mai - avril - mars - fév. - janv.
> 2012 : déc. - nov. - oct. - sept. - août - juil. - juin - mai - avril - mars - fév. - janv.
> 2011 : déc. - nov. - oct. - sept. - août - juil. - juin - mai - avril - mars - fév. - janv.
> 2010 : déc. - nov. - oct. - sept. - août - juil. - juin - mai - avril - mars - fév. - janv.
> 2009 : déc. - nov. - oct. - sept. - juil. - juin - mai - avril - mars - fév. - janv.
> 2008 : déc. - nov. - oct. - sept. - juil. - juin - mai - avril - mars - fév. - janv.
> 2007 : déc. - nov. - oct. - sept. - août - juin - mai - avril - mars - fév. - janv.
> 2006 : déc. - nov. - oct.
Omer Pesquer / conception + design + réalisation Web
( proposition graphique initiale : Jean-Jacques Tachdjian )
WWW credits